jeudi 18 mars 2021

ADN : Maman sûrement, Papa peut-être - partie 1




NB : ce billet de blog est destiné aux initiés des tests ADN généalogiques, notamment sur MyHeritage. Il n'a pas vocation à faire de la vulgarisation sur le sujet. Pour cela, je vous conseille, entre autres, ces excellents blogs :


Aujourd'hui je vais donc vous présenter une correspondance ADN qui m'intrigue depuis l'automne dernier, période durant laquelle j'ai débuté les tests ADN dits ­­« récréatifs ». Le niveau d'ADN partagé s'élève à 1,4% soit 101 cM répartis sur 6 segments dont 3 font plus de 20 cM. Si j'ai déjà pu retrouver quelques cousins avec bien moins d'ADN partagé, il n'en est rien pour cette correspondance, que je vais nommer par la suite « MS », soit les initiales de la personne en question. Comme elle n'a répondu à aucun de mes messages, ni même son fils qui a aussi réalisé le test, je ne donnerai pas les noms précis de ses ancêtres les plus proches bien qu'ils soient décédés. En effet, le patronyme de sa mère est très rare et je ne voudrais pas que cette cousine potentielle soit gênée par mes hypothèses les plus folles qui vont venir.


ADN partagé et parenté probable


Segments d'ADN partagés avec « MS » - source MyHeritage


Comme indiqué précédemment, « MS » et moi avons 101 cM en commun répartis en 6 segments. MyHeritage l'interprète comme étant une cousine germaine éloignée au second degré (1C2R) ou une petite cousine éloignée au premier degré (2C1R). Premier constat : je connais très bien ma généalogie descendante et cela me paraît étonnant de découvrir un lien inconnu aussi proche. Toutefois, comme cela reste très approximatif, je me tourne vers l'outil « Shared cM Tool » du site DNAPainter qui me permet d'obtenir des probabilités en fonction des correspondances déjà connues.


Probabilité de parenté avec 101 cM - extrait de DNAPainter

Cette répartition me confirme que l'approximation faite par MyHeritage est la plus probable mais il ne faut tout de même pas écarter les autres.


Premières difficultés


« MS » et son fils ne partagent aucun arbre. Enfin, si, plutôt une mini touffe d'herbe : seulement les parents. Le père est décédé car son nom apparaît en entier mais aucune date ni lieu ne sont indiqués. Quant à la mère, seul le patronyme est indiqué avec une faute d'orthographe que je découvrirai par la suite. Ces patronymes étant germaniques, je me dis que ma parenté avec cette cousine potentielle est du côté de mon père étant donné que du côté maternel tout se passe en Sicile. 

A partir de ces informations, je me lance dans la recherche et l'élaboration de l'arbre généalogique de « MS ». Problème cependant : son père, « RS » a beaucoup d'homonymes, c'est comme de chercher un tailleur en Allemagne. Je pense d'abord le retrouver à Strasbourg mais c'est finalement à Metz que je retrouve son acte de décès grâce au nom de l'épouse « HZ » indiqué sur ce dernier. C'est là que je découvre la fameuse faute d'orthographe mais surtout la filiation de cette personne née en 1939. De là, grâce à notamment des sources sur Geneanet, Filae, Heredis Online et le site des archives de la Moselle, je parviens à créer un arbre sur plusieurs générations. Je décide de m'arrêter aux AAAGP de « MS » en tenant compte des probabilités de DNAPainter.

A présent, c'est bon, je vais pouvoir déterminer le lien de parenté.
Sauf que non :
  • Aucun patronyme en commun avec mon arbre, si ce n'est Becker mais c'est une branche collatérale lointaine, ou Weber que je retrouve au 17e siècle, donc trop loin pour partager autant de cM ;
  • Aucune ville ;
  • Seulement un département : la Moselle, le reste des aïeux de « MS » étant en Allemagne, pays dans lequel je n'ai aucun ancêtre connu. Un autre problème s'ajoute pour la Moselle car mon dernier ancêtre à y être né est Jean-Baptiste Bousse en 1820 à Metz alors que les ancêtres de « MS » sont plus proches de la frontière allemande actuelle. Mon ancêtre avait quitté le département puis opté pour la France tandis que ceux de ma cousine sont nés allemands après la guerre de 1870.
Arrivé à ce stade, je commence à douter : cette correspondance ADN est-elle vraiment fiable ou bien y a-t-il un secret de famille quelque part ? 

La piste des filles-mères

Peut-être ! Dans mon arbre ainsi que dans le sien, il y a des filles-mères !

De mon côté, c'est rapide, il s'agit de Jeanne Nard, née en 1846 à Saint-Bonnet-Elvert (Corrèze), de Marie Nard et de père inconnu. Sa mère n'a jamais quitté cette commune où elle est décédée en 1873. Je trouve très peu probable qu'un des Mosellans ou Allemands de « MS » soit allé s'y perdre, même durant un éventuel service militaire. Voyons plutôt de son côté.

« MS » a en effet deux filles-mères dans la généalogie proche :

  • Antoine Pierre Becker, né en 1875 à Kirschnaumen (Moselle), de Catherine Becker et de père inconnu. Catherine Becker elle-même née en 1841 dans la même ville et décédée à Talange (Moselle) en 1926, célibataire. Antoine Pierre n'a donc été reconnu par aucun père.


Extrait de fiche matricule de Pierre Antoine Becker - Source AD57 NUM2R131 

  • Antoine Weber, né en 1857 à Sarralbe (Moselle), de Marie Elisabeth Weber et père inconnu. Décédé en 1939 à Saint-Amant-de-Boixe (Charente). Jamais reconnu également.


Du coup, est-ce que l'un de mes ancêtres pourrait être le père biologique de l'un d'eux ? Je me dois de faire l'inventaire parmi eux.

Candidats à la paternité de Pierre Antoine Becker :

  • Julien Bourdin-Grimand, mon trisaïeul (AAGP), né en 1850 à Souclin (Ain) et décédé en 1892 à Paris. Il aurait pu être un candidat intéressant car il a été soldat puis cantinier au 80e régiment de ligne. Ce régiment est bien passé par la Moselle mais seulement en 1870. Il a ensuite fait campagne en Algérie de 1871 à 1875 tout étant caserné à Tulle (Corrèze) où s'est d'ailleurs marié mon ancêtre en 1877, avec Jeanne Nard.
  • Paul Victor Bousse, autre trisaïeul, né en 1857 à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Il n'avait que 18 ans en 1875 et était apprenti coiffeur. Peu de chance qu'il soit retourné en Moselle, territoire alors allemand par ailleurs.

Candidats à la paternité d'Antoine Weber :

  • Jean-Baptiste Charlemagne Bernoville (3AGP), né en 1825 à Mennevret et décédé en 1875 à Grougis, toutes deux dans l'Aisne. Manouvrier de son état, ce coquin a eu tous ses enfants hors mariage avant d'épouser la mère de ceux-ci en 1864. Il n'a a priori jamais quitté son département.
  • Jean-Baptiste Bousse (3AGP), né en 1820 à Metz (Moselle) et décédé en 1879 à Baccarat (Meurthe-et-Moselle). A quitté la Moselle dans les années 1850 pour se marier dans le département voisin. Son dernier enfant survivant est Paul Victor, cité plus haut. Travaillant comme employé au chemin de fer de l'Est, il a souvent déménagé. Par exemple, je retrouve la famille à Strasbourg en 1863. Jean-Baptiste aurait-il pu aller faire un tour du côté de Sarralbe pour y faire un enfant adultérin ? Personnellement, j'en doute...
  • Louis Théodore Doyen (3AGP), né en 1832 à Wiège-Faty (Aisne). Il s'est marié en 1860. Tisseur de métier, il est peu probable qu'il ait voyagé hors de l'Aisne.
  • Alexandre Godot, née en 1834 à Bazancourt (Marne) et décédé à Reims en 1904. Lui aussi tisseur, marié trois fois, presque quatre. Aucune chance qu'on l'ait vu en terres lorraines.
  • Athanase Constantin Leroy (3AGP), né en 1833 à Remigny (Aisne) et marié en 1854, même ville. Scieur de long puis boulanger, on est bien chez soi.
  • Joseph Alexandre Nique (3AGP), né en 1839 dans l'Aisne et décédé à Remigny trente ans plus tard. Jardinier de son état, qu'aurait-il bien pu faire en Moselle ?
Conclusion : les chances que ces personnes soient entrés en contact avec les filles-mères de « MS » sont entre nulles et très nulles. 

Mais alors, d'où elle sort cette cousine ?


Vers une folle théorie


Je décide alors de me replonger dans les origines ethniques de « MS » bien que je trouve la version MyHeritage de cet outil beaucoup moins fiable que celle de 23 And Me. Et là que vois-je ? Cette personne à qui je n'ai retrouvé que des ancêtres germaniques aurait des origines italiennes et ibères.

 

A gauche, moi, à droite, elle - capture MyHeritage

 

On va laisser de côté la partie ibérique qui ne me concerne pas. Quant à la partie italienne, bien qu'elle soit relativement faible comparée à la mienne, on peut tout de même se dire que « MS » a probablement un ancêtre italien pas trop éloigné caché dans son arbre. Qui dit italien, dit du côté maternel si on veut retrouver un lien avec moi.

Essayons un peu la triangulation. Malheureusement MyHeritage ne me propose pas de profils partageant des arbres généalogiques. Je décide néanmoins de comparer « MS », son fils (« MD »), avec un père (« BR ») et sa fille (« SR ») à qui j'ajoute le profil ADN d'une cousine 2C1R du côté maternel (« DA») que j'ai retrouvée récemment, juste comme ça pour voir.




C'est donc sur le chromosome 4 qu'il se passe quelque chose d'intéressant. Indiquons au préalable que :

  • « MS » a 5,8% d'italien ;
  • « MD », son fils, 61,2%. Attention, c'est trompeur car son père est italien ;
  • « BR », 12,9% ;
  • « SR », sa fille, 48%, là aussi, c'est trompeur, sa mère doit avoir des origines italiennes ;
  • « DA », ma cousine italienne, 70% environ.


On voit direct qu'il y a une correspondance entre 4 d'entre eux, d'ailleurs MyHeritage l'encadre si je retire « DA ». J'ai tout de même laissé « DA » car son segment chevauche pour quasi moitié celui de « MS ».

Qu'est ce que je peux conclure à partir de là ? Pas grand chose en fait ! Cela m'incite juste à continuer de creuser du côté de ma mère et non plus du côté de mon père. 

Me vient alors une théorie complètement folle : Et si un des ancêtres officiels de « MS » n'avait finalement aucun lien biologique ? Admettons, OK, mais lequel ? Et dans quelles circonstances ? Vous me voyez venir ? La Grande Guerre.

En effet, la grand-mère paternelle de « MS », que je vais simplement appeler Élise, est née en décembre 1916 à Talange (Moselle). L'horrible bataille de Verdun venait de toucher à sa fin. Son père, Jean-Baptiste, né allemand en 1887, n'a épousé sa mère, Catherine, alors âgée de 17 ans, qu'en mai 1916. Donc, si on fait bien le calcul, cette dernière était déjà enceinte. Notons au passage que Jean-Baptiste n'a pas servi dans l'armée allemande, pour cause de cécité à un œil.

Et qui dans ma famille italienne aurait bien pu aller s'égarer dans le Grand Est à cette époque ? Mon arrière-grand-père, qui est aussi celui de « DA ». Calogero Perna, italien de Tunisie a en effet servi dans l'armée italienne et a participé à la bataille de Verdun, selon les dires de ma grand-mère. Je n'ai malheureusement aucun document pouvant l'attester.

De là le raccourci est vite fait... J'éviterai néanmoins d'en écrire plus tant que je n'aurai pas trouvé de preuves irréfutables car cette théorie plus que douteuse a ses limites, si mon AGP était aussi celui de « MS » alors :

  • elle aurait un pourcentage d'origine ethnique italienne plus élevé ;
  • elle aurait probablement plus d'ADN partagé avec ma cousine « DA » ;
  • elle et moi aurions peut-être plus de cM partagés avec « SR » et « BR » ;
  • Le front de Verdun n'est tout de même pas tellement à proximité de Talange, alors en zone allemande ;
  • etc.

En revanche, si cela s'avérait vrai, « MS » et moi serions Half 2CR, ce qui collerait parfaitement avec la plus haute probabilité de DNAPainter.

Ma mère ayant elle aussi réalisé un test ADN tout récemment, ce billet aura une partie 2 dès que j'en aurai les résultats.

Sur ce, j'invite les plus érudits d'entre vous sur le sujet à me faire part de vos commentaires ;-)

5 commentaires:

  1. Intéressant ....
    Tu dis que si tu enlèves DA,il y a bien triangulation entre MS, MD, SR et toi ? Il faut se méfier des anomalies de triangulation chez MyHeritage, il y en a un peu plus que je le souhaiterais. Je l'ai d'ailleurs mentionné dans ma video 2 sur John et Françoise. Je l'ai aussi trouvé plusieurs fois au niveau de ma famille maternelle.
    Donc s'il y a triangulation entre vous, et que DA et toi partagez ton AGP, c'est clairement la branche concernée
    Méfie toi aussi des montants de correspondance partagée. La répartition peut etre assez aléatoire à ce niveau de parenté. Sur le Shared CM project, pour chaque relation, il y a un median, un minimum, un maximum, et la répartition pour chacun. Tes données sont peut etre cohérentes
    Et accessoirement, 100 cM pour une correspondance au niveau d'un AGP, ca me semble cohérent
    Dommage que MS ne te réponde pas :)

    RépondreSupprimer
  2. Arf quelle galère! J'ai aussi certaines correspondances pour lesquelles je me demande si je peux avoir confiance dans leur arbre officiel... Bonne chance pour réussir à confirmer !

    RépondreSupprimer
  3. Marguerite Ambroise18 mars 2021 à 16:18

    C'est très intéressant. Je me méfie aussi des triangulations sur My Heritage. Mais moi, c'est surtout qu'ils ne montrent aucune triangulation alors que je suis sûre qu'il devrait y en avoir une! J'ai déjà eu des résultats très étranges.
    Je pense que les résultats du test de votre mère seront décisifs. Etant une génération au-dessus, si elle "matche" avec MS, il y aura peut-être plus de segments. Les enfants illégitimes sont bien plus nombreux que l'on ne le croit. J'attends la suite avec impatience!

    RépondreSupprimer
  4. Enquête très intéressante, et tes théories ne sont pas si folles, il ne faut rien négliger ;-) Le test de ta mère te permettra sans doute d'y voir plus clair, on attend la suite avec impatience !

    RépondreSupprimer
  5. Ton enquête est passionnante, vivement les prochains résultats et la suite !

    RépondreSupprimer